Suite à de nombreuses questions sur la première scolarisation, je voudrai vous faire part de mon expérience et vous donnez quelques tuyaux.
Première démarche : en accord avec le CAMPS, il faut rencontrer la directrice de l'école maternelle pour prévoir un projet de scolarisation et déterminer le temps d'intégration qui devra évoluer au cours de l'année. Très souvent, il est proposé quelques matinées au départ. Je me suis rendue compte que les maîtresse sont souvent très prudentes sur le temps d'intégration car elles ne connaissent pas l'enfant et elles appréhendent sa réaction dans un groupe classe. On peut le comprendre mais en même temps, nos enfants ont déjà du mal à apprendre alors s'ils sont très peu intégrés, ça ne va pas les aider ! Il faut vraiment montrer à l'équipe enseignante qu'on reste très disponible en cas de soucis. Cela les rassure souvent. Il ne faut pas hésiter à leur proposer d'essayer et puis si cela ne va pas, on revoit : toujours demander plus en se montrant souple en cas de soucis. Vous connaissez votre enfant et vous pouvez savoir ce dont il est capable. S'il n'a pas de trouble du comportement particulier, elles se rendront vite compte qu'il ne pose pas plus de problème qu'un autre enfant. 
AVS ou non : pour ma part, nous avons commencé sans AVS en petite section : le raisonnement de l'enseignante référente a été de dire que si l'enfant n'a pas de problèmes majeurs, mieux vaut le laisser se débrouiller seul pour qu'il ne soit pas dès le départ stigmatisé par les autres enfants. En plus, il pourrait avoir tendance à se reposer sur l'AVS et ainsi moins s'impliquer dans la vie de la classe. Le raisonnement me parait assez bon. C'est une année centrée sur la sociabilisation et le langage, la vie en groupe et le début du graphisme : nos enfants peuvent très bien s'en sortir tout seuls si la maîtresse est un peu attentive.
Par contre, si vraiment vous en voulez une, attention à ce que le temps de scolarisation ne soit pas conditionné à la présence de l'AVS : elle n'est pas indispensable pour l'intégration de nos enfants.
L'enseignante référente : c'est la personne de l'éducation nationale qui suit notre enfant pour toute sa scolarité : il faut l'avoir dans sa poche. Elle monte le dossier de scolarisation et s'occupe du suivi. Son expérience des différents établissements du coin peut être intéressant au moment des orientations ainsi que son expérience du handicap. Il est important qu'elle soit là à chaque réunion. Elle peut être de très bons conseils mais il faut aussi savoir lui exprimer clairement nos volontés : c'est elle qui présentera le dossier en commission MDPH et qui permettra d'avoir une AVS. C'est une personne clé !
La MDPH : c'est une administration et vous n'êtes qu'un numéro de dossier pour elle ! Ne pas hésiter à les harceler par téléphone : trouvez le nom du responsable de votre dossier et appelez régulièrement pour savoir si le dossier est passé en commission, si votre demande a été traitée, ... Ne pas les lâcher pour avoir ce que vous voulez !

Une fois que tout est en place, vous pouvez souffler jusqu'à la prochaine réunion !

Enfin, un petit truc pour faire évoluer le temps d'intégration ou l'accès à la cantine si vous trouvez que l'augmentation du temps de présence tarde : trouvez vous un rendez vous exceptionnellement un après midi pour le laisser pour la sieste. C'est juste pour une fois ! Quand elles auront vu que la sieste s'est très bien passée (si c'est le cas évidement !), demandez leur si vous pouvez réessayer. Pareil pour la cantine, juste une fois exceptionnellement ! Ca leur permet de se rendre compte de ce que ça donne sans s'engager durablement de leur part. En plus, pour vous aussi cela vous permet de savoir si votre enfant s'en sort à la cantine : si ça a été un succès, il faut continuer sinon c'est qu'il faut encore patienter un peu et retenter l'expérience dans quelques semaines ! Tout le monde y trouve son compte !

N'hésitez pas à réagir car ce n'est que mon expérience. Si vous avez des conseils à donner, mettez un commentaire. La scolarité et l'accueil vont être essentiellement une affaire de personne et malheureusement on ne peut pas changer le caractère de la maîtresse ou de l'enseignante référente. On peut simplement essayer de leur montrer que notre enfant a toutes les capacités pour apprendre et qu'il ne sera pas forcément un poids pour la classe mais qu'au contraire il peut y avoir sa place. La peur reste très présente devant l'inconnu.  Il faut leur montrer notre confiance en lui.